Après les médailles, l’heure est à la réflexion pour l’équitation tricolore

{Tag’Actu} La filière équestre française repose sur une longue tradition d’excellence témoignant d’un grand dynamisme et d’une diversité conséquente. Cette réussite est ancrée dans nos territoires. Les pistes de courses hippiques de renom, le développement des arts équestres au Cadre Noir de Saumur, les Jeux Équestres Mondiaux organisés en Normandie en 2014, l’institut français du Cheval et de l’Equitation, le gigantesque Parc Fédéral de Lamotte Beuvron, les anciens Haras nationaux français, sont autant de témoignages de l’aboutissement d’une filière inscrite dans notre patrimoine.

Sur un plan plus économique, le rayonnement de ce modèle permet une exportation (4ème exportateur mondial de chevaux) qui se manifeste tant en transmission de savoir-faire que par des ventes de « produits ». Tel en est l’exemple des conventions de partenariat et de coopération conclues par l’UNIC (Union Nationale Interprofessionnelle du Cheval) avec la Chine, la Corée, le Japon… Un organisme qui a pour mission d’assurer la promotion de cette filière à l’étranger.

Du côté du recrutement, en 2013, le monde du cheval employait 180.000 personnes en France, soit 0.7% des emplois au niveau national. Un chiffre conséquent, surtout dans une période de crise et de chômage. De plus, le fort dynamisme de toute la filière permet la mise en œuvre d’un riche réseau de bénévolat indispensable à la plupart des compétitions.

Lorsqu’il s’agit de valeurs, la filière équestre génère également un véritable cercle vertueux. C’est le concept du « cheval partagé », devenu la base de fonctionnement des centres équestres, qui l’a rendu plus accessible. Regroupant quasiment 700.000 licenciés, elle est la seule discipline encore mixte mais aussi le premier sport féminin en France. Ainsi l’équitation agit sur biens des facettes. D’un point de vue social, le contact avec les équidés permet aux enfants, dès leur plus jeune âge, de se familiariser avec les animaux et de se responsabiliser tout en pratiquant une activité sportive. L’équitation de rééducation et « l’équithérapie » permettent aussi l’accueil de personnes en situation de handicaps physiques ou de troubles mentaux dans un souci de bien-être et de sport pour tous. Dans cette optique, la « médiation équine » est utilisée pour les jeunes enfants souffrant d’autisme et de troubles du comportement. Egalement utilisé dans les périodes post incarcération, les équidés ont un fort potentiel de réinsertion qui mérite d’être plus largement mis à contribution.

Cependant, aujourd’hui le secteur se retrouve en grande difficulté. C’est ce que confirme le rapport d’information sur la situation de la filière équine présenté par la Sénatrice Anne-Catherine Loisier (Présidente de la section cheval du groupe d’études sur l’élevage et sur la situation de la filière équine). Dévoilé au cours d’une réunion de la Commission des Affaires économiques le 15 juin dernier, il a permis d’exprimer un soutien aux professionnels du milieu et de faire émerger des recommandations.

Cette crise est en partie due à des raisons conjoncturelles ayant entraîné une baisse du pouvoir d’achat des cavaliers, mais pas que. La hausse de la TVA à 20% a constitué une augmentation des charges bien plus rapide que celles des recettes. La multiplication des normes agricoles, sécuritaires et la modification des rythmes scolaires ont ensuite largement contribué à fragiliser ce secteur. A toutes ces préoccupations, il faut ajouter un système administratif compliqué: la filière équine, selon sa vocation, dépend soit du Ministère de l’Agriculture soit du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Une double tutelle qui ne lui confère que peu d’avantages.

« L’équitation tricolore pourrait voir résoudre ses problèmes grâce à l’aménagement de son taux de TVA. « 

Si tous ces aspects semblent être induits par des extranéités, ils posent tout de même la question de la bonne gouvernance du monde équestre, qui ne semble pas à même de s’auto-réguler. En 2015, l’ONG Danoise « Play the Game » a publié son rapport annuel dans lequel elle prône la transparence et le renforcement des fondations éthiques du sport au détriment de la mauvaise gestion et de l’opacité des fédérations sportives internationales. Sur les 35 fédérations analysées, c’est la Fédération Équestre Internationale (FEI) qui est pointée du doigt en première! Devançant même la FIFA (Fédération Internationale de Football) qui pourtant connait de nombreux scandales ces dernières années. De façon plus ancienne, on peut aussi penser à la Fédération Française d’Equitation qui, en 2005, s’était vu retirer son agrément faute de statuts concordants avec ses missions.

Pourtant, malgré toutes les difficultés attenantes à ces disciplines, ce sont les cavaliers de concours complet, athlètes laborieux, qui ont ouvert le bal des médailles à Rio, enremportant l’épreuve par équipe. Couplé à l’obtention d’une médaille d’argent en individuel pour le cavalier Astier Nicolas, ils ont fait retentir les premières Marseillaises des Jeux. Quelques jours plus tard, ce sont les cavaliers d’obstacles qui ont à nouveau décroché l’or par équipe après avoir enchaîné les coups durs. Au cœur d’une couverture médiatique sans précédent, il faut espérer que l’engouement autour de leur succès aura des retombées plus générales, que les fédérations sauront en profiter tant au niveau de la mise en place de nouvelles réformes que sur la communication, et qu’il donnera toute la lumière nécessaire à la valorisation mais aussi au soutien d’une filière quelque peu oubliée.

Ce vecteur de croissance, d’emplois, de santé et de bien-être, d’activités sportives, d’éducation, d’agriculture, de tourisme, mais aussi de thérapies pourrait voir résoudre ses problèmes grâce à l’aménagement de son taux de TVA ou par une meilleure gestion des fonds et ressources qui lui sont allégués. Il semble aussi primordial de clarifier, voir même de simplifier, l’accès à la politique agricole de l’Union européenne (PAC) dont le rôle est de soutenir financièrement toutes ces activités mais dont le recours s’avère pourtant très complexe. Plus globalement ce sont toutes les aides et subventions allouées aux activités équestres qui méritent d’être rendues plus accessibles. Aujourd’hui, il faut pouvoir soutenir toutes ces activités, mais pour cela un véritable effort en termes de coordination et d’organisation reste nécessaire face à une filière très dispersée. Toutes ces hypothèses sont loin d’être les seules à avoir un effet quant à la redynamisation et la sauvegarde du patrimoine équestre. Cependant, seule la concertation de tous les acteurs du secteur permettront de donner une réponse à ces difficultés.

#Tagateam

Source : Le Huffington Post / Maelys Loroscio

Crédit Photo : Damir Sagolj / Reuters

http://www.huffingtonpost.fr/maelys-loroscio/equitation-rio-france-reforme_b_11660146.html

Publicités

Rio 2016 : L’équitation française a brillamment relevé la tête après Londres

{Tag’Actu} Les cavaliers français n’ont pas réussi à terminer leur Jeux avec une médaille individuelle en saut d’obstacles. Mais pour l’équitation tricolore, quatre ans après le fiasco de Londres, Rio auront été les Jeux du renouveau. Avec deux titres par équipes et une médaille d’argent en individuel, elle repart du Brésil avec une superbe moisson, après avoir surmonté certains écueils.

« Aujourd’hui c’était du bonus », avoue d’emblée Philippe Rozier, finalement 22e du saut d’obstacles individuel. Les trois cavaliers français (Rozier, Kevin Staut et Roger-Yves Bost) n’ont pas réussi à décrocher une quatrième médaille durant ces JO, mais pour eux l’apothéose avait eu lieu avant. Il y a deux jours lors du saut d’obstacles par équipe, le quatuor Roger-Yves Bost, Kevin Staut, Philippe Rozier etPénélope Leprevost avait offert à la France son premier titre dans la discipline depuis 40 ans et les JO de Montréal. « J’étais réserviste à Montréal mais je m’en rappelle bien », avouait mercredi le sélectionneur suisse de l’équipe de France, Philippe Guerdat.

Ce titre est venu clore une folle quinzaine. Tout avait parfaitement débuté avec le titre olympique du concours complet par équipe. « Ces petits gars (Karim Laghouag,Thibaut Vallette, Mathieu Lemoine, Nicolas Astier) ont été fantastiques. On est passé par toutes les couleurs dans ce concours : on avait le bronze, puis on était en chocolat (4e, ndlr), puis en argent et on a fini par accrocher l’or », relate la consultante Francetv Sport, Virginie Couperie-Eiffel.

LE CAUCHEMAR PUIS LE RÊVE

Nicolas Astier a poursuivi la dynamique avec sa médaille d’argent en concours complet individuel. Avant le jumping, le moral était au beau fixe, mais « le ciel est tombé sur la tête » de l’équipe de France, selon Virginie Couperie-Eiffel. Simon Delestre, le leader de l’équipe de France, a dû déclarer forfait en raison de la blessure de son cheval Hermès Ryan au jarret. Premier coup dur. Le second est intervenu la veille du début du concours avec la maladie de Flora de Mariposa, la monture de Pénélope Leprevost. Ces coups durs ont resserré les rangs. « J’ai passé une nuit dans les écuries avec deux de mes cavaliers qui dormaient sur des matelas posés au sol, rappelle le sélectionneur, certains pleuraient, j’étais debout à tourner en rond. On a vécu des choses intenses ». La malédiction ne s’est pas arrêtée là puisque finalement alignée, Pénélope Leprevost a chuté lors du premier jour de compétition. Cette série noire a pris fin avec ce deuxième titre olympique.

Donc au moment de faire le bilan des JO, l’échec dans le CSO individuel passait au second plan. « C’est magnifique, savoure Roger-Yves Bost. On voulait deux médailles, on en a eu trois, dont deux d’or ». Le zéro pointé de Londres est oublié. « La France a de bons cavaliers, mais ils étaient un peu jeunes à Londres, explique ‘Bosty ‘, il y a eu une belle alchimie à Rio. On a eu une semaine difficile mais on a eu les problèmes avant les autres ». « J’ai vieilli de 20 ans avec ce début de semaine, mais là je les ai récupérés », sourit le sélectionneur.

DES CHEVAUX EN PROGRÈS

Kevin Staut, le troisième larron, récite le même refrain : « c’est archi-positif ! On était venu pour une médaille, on repart avec la plus belle par équipe ». L’autre satisfaction est le niveau affiché par les montures. « Elles ont volé », synthétise Virginie Couperie-Eiffel. Tous les cavaliers ont noté les progrès. Philippe Rozier, qui a remplacé au pied levé Simon Delestre, a salué Rahotep de Toscane. « J’ai un crack, assure-t-il, ce cheval a pris la mesure de ses capacités ». Idem chez Kevin Staut où Rêveur de Hurtebise a été déterminant dans le CSO par équipes. « C’est un cheval en lequel j’ai toujours cru. Il y a  pourtant eu des moments où on s’est moins bien entendu, avoue-t-il. Il a fallu que j’attende 15 ans pour qu’il entre dans la légende ». « Il faut bien protéger ces chevaux-là, prévient Philippe Rozier, parce que derrière il n’y a pas grand-chose. Ce bilan est exceptionnel ». Et ce n’est pas cette dernière journée qui est venu le gâcher.

#Tagateam

Source : France TV Sports / Benoît Jourdain

Crédits photo : AFP / Eddy Lemaistre

http://www.francetvsport.fr/les-jeux-olympiques/rio-2016-l-equitation-francaise-a-brillamment-releve-la-tete-apres-londres-354707

Portrait d’une passionnée.

{Taga’portrait} Pour commencer cette nouvelle semaine, voici le portrait de Pauline, une passionnée d’équitation ! 

 

1) D’où vous est venue votre passion pour l’équitation ?

Mon oncle possède des chevaux de course. Quand j’étais petite, je passais quelques weekends là-bas et c’est à ce moment que j’ai commencé à monter. Par la suite, je me suis inscrite dans un centre équestre pour pouvoir continuer et approfondir cette nouvelle passion.

2) Détenez-vous des chevaux ? Si oui, pouvez-vous nous les présenter ? 

Oui, je possède une ponette de 12 ans depuis 8 ans, Quetsche De Tassine. Elle est mignonne mais caractérielle. C’est une très bonne ponette de saut. Elle a fait de nombreux sans faute et de premières places. Elle a du sang ainsi que du coeur. Vice championne des championnats départementaux et 12ème aux régionaux en Pelite. Elle est très attachante.

3) Quelle est votre discipline préférée et pourquoi ? 

Ma discipline préférée est le saut car d’une certaine manière, j’ai l’impression de voler mais il est vrai que j’apprécie toutes les disciplines de façon générale.

4) Quelle est votre relation avec votre cheval ? 

Une relation pleine de complicité, essentielle si l’on veut réussir ensemble.

5) Qu’est-ce qui vous attire le plus dans l’équitation ? 

La complicité avec son cheval, devoir s’occuper d’un animal, voir les efforts que tu fais être reconnus et c’est le seul sport qui réunit deux êtres humains.

#Tagateam

Les événements de la semaine !

{Tag’event} Voici les événements en France pour la dernière semaine avant la rentrée ! En partenariat avec le pôle Hippolia.

 

Vendredi 26 août au dimanche 28 août 2016 – Cheval Roi, le Salon du Cheval à l’Hippodrome de Toulouse ⇒ Salons

Dimanche 28 août 2016 – Lucien Barrière – Grand Prix de Deauville ⇒ Courses de galop

Jeudi 25 août au dimanche 28 août 2016 – CSI 4* – Jumping International de Valence  ⇒ CSO

Samedi 27 août au dimanche 28 août 2016 – Grande semaine de Fontainebleau ⇒ CSO

Jeudi 25 août au dimanche 28 août 2016 – Meeting des propriétaires – Lamotte Beuvron ⇒ Multi disciplines

#Tagateam

Les événements de la semaine !

{Tag’event} Et oui ! Même si tous les yeux sont rivés sur les Jeux Olympiques, ils se passent quand même des choses cette semaine en France !

Lundi 08 août au dimanche 14 août 2016 – Normandie Horse Show – Saint-Lô ⇒ CSO

Jeudi 11 août 2016 – Prix de Londres – Enghien ⇒ Courses de trot

Dimanche 14 août 2016 – Prix du Haras de Fresnay-le Buffard Jacques le Marois – Deauville ⇒ Courses de galop

Dimanche 14 août 2016 – Vente de Yearlings d’Août – Galop – Deauville ⇒ Ventes courses

#Tagateam

Jeux équestres mondiaux : Qui pour remplacer le Canada ?

{Tagactu} L’édition 2018 des Jeux équestres mondiaux n’aura pas lieu à Bromont au Canada comme prévu initialement. La Fédération équestre internationale (FEI) cherche une solution de rechange.

La fédération internationale l’a annoncé vendredi dans un communiqué. «Nous avons travaillé en étroite relation avec le COJEM (Comité d’organisation des Jeux équestres mondiaux) et tous les membres de l’organisation depuis que les Jeux ont été attribués au Canada en (juin) 2014, y explique le président de la FEI, Ingmar De Vos. Nous savions depuis quelque temps que l’équipe de Bromont devait faire face à d’importants problèmes financiers. Malgré tous leurs efforts, nous n’avons pas eu d’autre choix que de mettre fin à ce contrat. Nous sommes tristes que le comité ne puisse plus accueillir les Jeux équestres.»

De son côté, la présidente du COJEM, Rosaire Houde a déclaré que «cela a été une décision très difficile à prendre. C’est quelque chose que je regrette amèrement. Mais c’était le seul recourt possible.» Initialement, le projet de financement incluait le gouvernement fédéral dans son tour de table. Mais, la semaine dernière, ce dernier a fait savoir qu’il ne participerait pas au financement. Reste désormais à trouver une candidature de remplacement. «Nous sommes en train de chercher des alternatives, assure Ingmar De Vos. Nous espérons être en position de faire une nouvelle annonce bientôt.»
#Tagateam
Source : lequipe.fr / Photo : PORCU FRED, l’Equipe

Les Jeux équestres mondiaux de Bromont sont annulés…

{Tagactu} La Fédération équestre internationale a annoncé, sur son site internet, l’annulation des Jeux équestres mondiaux qui devaient être présentés à Bromont en 2018. La décision a été prise de concert avec le comité organisateur des jeux équestres de Bromont (COJEM) en raison des difficultés financières importantes. 

Le président de la Fédération, Ingmar De Vos, s’est dit triste d’avoir eu à prendre une telle décision.

« Nous avons fait tout notre possible pour offrir au COJEM du soutien dans ces temps difficiles, mais malheureusement, ils ont été incapables de mettre en place une stratégie de financement […] malgré leurs efforts. »

Je ne veux pas imputer à personne d’être le clou dans le cercueil, y compris le gouvernement fédéral.

Rosaire Houde, directeur par intérim du COJEM

Cette décision a été très difficile à prendre selon le directeur par intérim du COJEM, Rosaire Houde.

« Le non-appui du fédéral n’est pas l’unique cause et je ne veux pas imputer la responsabilité de notre décision au gouvernement. La situation financière difficile du COJEM n’est pas une invention du fédéral. Nous espérions qu’il accepte de partager avec nous ces difficultés, mais ce ne fut pas le cas. Cette décision revient au COJEM et à personne d’autre. »

Depuis la dernière année, les obstacles s’enchaînent pour le comité organisateur. Les problèmes ont commencé en avril lorsque plusieurs membres du conseil d’administration avaient démissionné en bloc. La semaine dernière, Ottawa avait annoncé qu’il ne financerait pas la tenue de ces compétitions. Au début de l’été, il manquait environ 40 millions de dollars pour boucler le budget de 95 millions. Faute d’argent, l’organisation des Jeux a dû mettre à pied ses six employés à la mi-juin.

Ce n’est pas la première fois qu’une présentation de ces Jeux est annulée. L’Irlande a dû le faire et c’est Rome qui, finalement, a présenté l’événement en 1998. Le président de la FEI a indiqué être à la recherche de solutions de rechange possibles pour présenter les compétitions en 2018.

Le monde équestre déçu

« C’est extrêmement décevant de constater que les Jeux équestres mondiaux ne verront pas le jour à Bromont. Nous pensons toujours que l’expertise est très présente dans notre province et au pays pour organiser un tel événement, qui sont des championnats du monde dans 8 disciplines équestres. C’était une excellente occasion de faire connaître au grand public la diversité et la richesse du monde équin chez nous, qui se développe constamment depuis les 10 dernières années », a commenté le directeur général de Cheval Québec, Richard Mongeau.

Selon les organisateurs, les retombées économiques attendues étaient chiffrées à 350 millions de dollars. Au total, 1000 athlètes provenant de 70 pays auraient participer aux compétitions.

#Tagateam

Source : ici.radio-canada.ca / Photo : equidia.fr

http://ici.radio-canada.ca/regions/estrie/2016/07/22/004-annulation-jeux-equestres-mondiaux-bromont-2018.shtml

Les évènements de la semaine !

{EVENEMENTS} Bonjour les Taganautes ! Voici les évènements à suivre cette semaine en France, en partenariat avec le pôle Hippolia :

 

Jeudi 28 juillet au dimanche 31 juillet 2016 – Jumping International de Dinard ⇒ CSO

Vendredi 29 juillet au dimanche 31 juillet 2016 – Championnat de France Amateur– Fontainebleau ⇒ CSO

Samedi 30 juillet 2016 – Prix de Milan – Enghien ⇒ Courses de trot

Dimanche 31 juillet 2016 – Prix Rothschild – Deauville ⇒ Courses de galop

#Tagateam

Les évènements de la semaine !

{EVENEMENTS} Bonjour les Taganautes ! Voici les évènements à suivre cette semaine en France, en partenariat avec le pôle Hippolia :

 

Mardi 19 juillet au dimanche 24 juillet 2016 – Equestria, festival de la création équestre – Haras national de Tarbes ⇒ Salons

Samedi 23 juillet 2016 – Prix de Buenos Aires – Enghien ⇒ Courses de trot

Dimanche 24 juillet 2016 – Prix Robert Papin – Maisons Laffitte ⇒ Courses de galop

Lundi 18 juillet au dimanche 24 juillet 2016 -Open de France Clubs – Lamotte Beuvron ⇒ Multi disciplines

Jeudi 21 juillet au dimanche 24 juillet 2016 – CIC 3* – Jardy ⇒ CCE

#Tagateam

 

Equitation : Les cavaliers français en ordre de marche pour Rio

{Tagevent} La liste des couples sélectionnés pour représenter la France, le mois prochain, aux Jeux olympiques de Rio a été annoncée ce mercredi.

CONCOURS COMPLET

Karim-Florent Laghouag et Entebbe de Hus
Mathieu Lemoine et Bart L
Astier Nicolas et Piaf de B’Neville
Thibaut Vallette et Qing du Briot ENE-HN.
Réserviste
Nicolas Touzaint et Crocket 30.

DRESSAGE

Stéphanie Brieussel et Amorak
Ludovic Henry et After You
Karen Tebar et Don Luis
Pierre Volla et Badinda Altena.
Réserviste
Alexandre Ayache et Axel.

SAUT D’OBSTACLES

Roger- Yves Bost et Sydney Une Prince
Simon Delestre et Hermès Ryan des Hayettes
Pénélope Leprevost et Flora de Mariposa
Kevin Staut et Rêveur de Hurtebise HDC
Réserviste
Philippe Rozier et Rahotep de Toscane.
#Tagateam
Source : lequipe.fr / Crédits photo : A.Martin / L’Equipe